Récital J. Rondeau Les « Variations Goldberg » : Bach au cœur

Après la merveilleuse prestation de la violoncelliste Emmanuelle Bertrand dans les « Suites pour violoncelle seul » de Bach en mars dernier, on put goûter avec bonheur le récital que le claveciniste Jean Rondeau donna au Théâtre du Chêne Noir  dans le cadre de « Musique baroque en Avignon ». Ce talentueux musicien, multi-couronné, « Révélation soliste instrumental » des Victoires de la Musique en 2015, n’est pas un inconnu dans la Cité des Papes, lui qui s’était illustré, toujours dans le cadre de « Musique baroque en Avignon » en la chapelle de l’Oratoire lors d’un récital Bach qui fit date (mars 2015). Il a récidivé en interprétant les « Variations Goldberg » de ce même Bach. Ces « Variations », dont le titre exact est « Aria avec différentes variations pour clavecin à deux claviers », sont au nombre de trente essentiellement en sol majeur ; elles furent composées, semble-t-il, en 1740 et Bach, en voyage à Dresde, en remit un exemplaire en 1741 au comte Keyserling ; l’interprète en fut peut-être le jeune Gottlieb Goldberg, élève de Johann Sebastian Bach et de son fils Wilhelm Friedemann, d’où leur nom. Elles constituent la quatrième partie de la « Clavier Übung » de Bach, chef d’œuvre instrumental que ces « exercices pour le clavier » dont elles sont le sommet. Ceci valut donc aux mélomanes réunis en un théâtre comble un grand moment de musique pure par un artiste lui aussi au sommet de son art. Baigné dans une pénombre qu’on eût dit peinte par Georges de La Tour, Jean Rondeau, impérial, distilla ces Variations avec une maîtrise totale, alternant de somptueux « cantabile » et des moments de virtuosité sidérante, d’une saisissante clarté, un ensemble véritablement lumineux. Décidément, Le Cantor de Leipzig aura cette saison enchanté les mélomanes avignonnais en deux moments d’une rare qualité musicale (20 avril 2022).