Une harpe dans la nuit vénitienne : Xavier de Maistre

X. de Maistre

Après avoir été harpe solo de l’Orchestre symphonique de la radio bavaroise et avoir remporté le prestigieux concours « USA International Competition » de Bloomington, le harpiste français Xavier de Maistre, le plus talentueux de sa génération aux côtés de son aînée Isabelle Moretti (mais dans un registre différent), fut pendant une décennie la harpe solo de la Philharmonie de Vienne qu’il quitta en 2010 pour se consacrer totalement à sa carrière de soliste. C’est ainsi qu’il fait le tour du monde avec un succès qui ne se dément pas. On a pu l’applaudir en mars 2013 à l’Opéra-Théâtre d’Avignon, dans le cadre de la saison de musique de chambre. Il confère avec autorité à son instrument une place éminente l’émancipant de son traditionnel rôle d’accompagnatrice. Mais le répertoire pour harpe solo est limité ; ce sont donc des transcriptions souvent virtuoses et signées de sa main (une Sonate de Pescetti,  contemporain vénitien de Vivaldi) ou de celle de Stefan Klieme (des Concerti de Vivaldi), l’Adagio d’Albinoni) que Xavier de Maistre interprète ici, consacrées à des œuvres de musique baroque (Vivaldi et Pescetti déjà nommés ou Marcello, Albinoni) ou classique, du britannique Elias Parish Alvars (1808-1849) dont la Fantaisie Op.84 intitulée Il Mandolino, fait irrésistiblement penser à Naples, et c’est ce que suggère sa composition, mais, non sans raison, le harpiste français Xavier de Maistre peut entendre dans cette page des roucoulements qui ne sont pas sans évoquer … les pigeons de Venise, qui s’ébrouent quotidiennement Piazza San Marco ! Du compositeur belge Félix Godefroid (1818-1897) on écoutera avec plaisir le célébrissime Carnaval de Venise. On en oublie, à les entendre, filées sous les doigts de fée, tout de magie, de l’interprète, que ces pages furent écrites pour d’autres instruments solistes. Un miracle s’opère à l’écoute de certaines de ces œuvres archi-connues (« L‘Hiver » extrait des Quatre Saisons de Vivaldi où l’on entend – premier mouvement – l’aboiement des chiens avec beaucoup de réalisme ! Ou l’incontournable Adagio d’Albinoni). Ne pas oublier que, dans les concerti, Xavier de Maistre est superbement accompagné et soutenu par un ensemble germanique de dix musiciens raffinés qui a pris nom L’Arte del Mondo et fut fondé en 2004 par Werner Ehrhardt ; il se consacre à la musique baroque, classique et à celle des débuts du Romantisme avec talent. Tout ceci à déguster doucement, un verre de Spritz à la main (pourquoi pas ?).

Notte Veneziana, X. de Maistre, harpe solo, L’Arte del Mondo, dir. : W. Ehrhardt 1 CD Sony

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*